l'anxiété de séparation

October 28, 2016

L'anxiété de séparation est un réel trouble qui se manifeste par des problèmes de comportement qui apparaissent en l'absence de son humain de référence C'est l'un des principaux motifs de consultation auprès de professionnels canin, vous êtes donc nombreux face a ce problème.

 

L'anxiété de séparation chez le jeune chien

 

C'est un problème fréquent qui se traduit par des destructions, de la malpropretés (miction, défécations) des aboiements ou gémissements, et ceux pendant l'absence de l'humain.

D'autres comportements comme l'anorexie, des diarrhées, léchages, exagération des comportements exploratoires et des vomissements, sont d'autres symptômes possible mais moins présents.

Chez le jeune chien, l'anxiété de séparation est fréquente.

En effet, il est inévitable que le jeune chien, séparé de sa mère si jeune (8 semaines) , manifeste un certains degré d’anxiété et ceux, peux importe la qualités des conditions d’accueil par sa nouvelle famille. Mâchonnements d'objets, vocalises et/ou mictions sont considérés comme des comportements normaux avant l'age de six mois. Certains chiots semblent cependant plus désorientés, plus sensible et moins capable de gérer le stress lié à la solitude.

Les signes peuvent être manifestés lorsque l'animal se retrouve isolé dans une pièce et ne peux rejoindre les personnes auxquels il est attaché.

Le chien les suit partout change de pièce avec eux, ne reste pas seul dehors, il élimine et rentre de suite, les attend derrière une porte fermé, a du mal a dormir seul dans une pièce et les comportements d’accueil sont exagérément démonstratif.

Les manifestations d’anxiété s'observent dans la demi heure qui précède le départ des personnes d'attachement, parfois même dans les minutes

Au moment du départ des personnes d'attachements, le chien détecte les signes qui annonce le départ, il va commencer a manifester son angoisse et son inquiétude par son attitudes faciales et corporelles (salivations, tremblements, aller-retour incessant, oreilles et queue baissé..peuvent être observés)

 

La notion d'attachement

Les comportements d'attachement sont nécessaire aux animaux sociaux, c'est ce qui maintient le cohésion du groupe. Cet attachement sert de lien entre la mère et sa progéniture et entre les chiens adulte. Il est indispensable au bon équilibre du groupe et de l'individu.

Le chiot est attaché à sa mère qui le nourrit et le protège, une fois adulte il s'en libérera pour s'attacher auprès des autres membres du groupe social dans lequel il vit.

Le détachement du chiot et de sa mère va s'effectuer de manière active, tant par la mère qui va s’éloigner de plus en plus, laisser sa niché seule de plus en plus longtemps, sortir plus fréquemment...et dès lors, ces comportements autorise les chiots à aller vers les autres membres du groupe, leurs permettant ainsi de trouver leurs places dans le groupe.

Il en sera de même pour le chiot séparé de sa mère, il cherchera à s'attacher aux individus de sa nouvelle famille.

Malheureusement, la société des hommes n'est pas vraiment adapté aux besoins du chien, et bien souvent, le chiot se retrouvera seul lorsque les autres membres de sa famille iront au travail ou à l'école.Cette solitude ne correspond pas, pour lui, a une situation admissible d'un point de vue éthologique.

Ce stress inévitable, n'a pas les mêmes conséquences chez tous les chiots.

Il est difficile d'invoquer la responsabilité des propriétaires, car chaque situation est différente et par mes observations, cela dépend vraiment du chiot, d'ou parfois la stupeur de certains propriétaires, ayant déjà eu de nombreux chiens et jamais rencontré ce problème. Leurs comportements n'ont pas changé, mais le chiot lui semble plus sensible.La ou des maîtres sont constamment collé a leurs chiens, on peux observer que ce dernier n'aura aucune difficultés face a une séparation. Donc bien que le comportement des propriétaires ne soit pas forcement mis en cause, c'est tout de même sur lui que nous agirons pour supprimer le problème.

 

Traitement

 

* médical

Le traitement médical est une aide précieuse pour gérer l’anxiété de séparation, mais ne peux suffit a lui seul.

Le rôle des molécules utilisés est de diminuer l'état anxieux du chien, elles doivent être prescrite de façon à ne pas entraîner d'état de somnolence ou d'indifférence, qui serait incompatible avec les modifications comportementales qu'on va réaliser dans l'apprentissage de la solitude.

L'utilisation de phéromone d'apaisement, donne ici de bon résultat. L'utilisation d’élixirs floraux est également une bonne aide, parfois suffisante. Chaque chien réagit différemment face aux élixirs, sur certains on observera une amélioration visible, sur d'autres il semblera avoir aucun effet.

L'utilisation de l’homéopathie est également très utile.

Un avis vétérinaire et d'un comportementaliste est essentielle.

 

* Thérapie comportementale

Notre objectif sera sur deux front : diminuer le stress du chien par tout les moyens possible et un apprentissage de la solitude.

Pour diminuer l’anxiété du chien on devra supprimer les situations déclenchantes. Supprimer les occasions de manifester son anxiété permet au chien de gagner un temps précieux dans l'amélioration des symptômes. Les situations déclenchantes sont le départ et l'absence de son humain de réference. Il sera difficile d'habituer un chien a rester seul, si entre les séances de thérapies comportementale il est confrontés à sa solitude. Comme il est bien compliqué pour les propriétaires de ne plus quitter leur maison, nous pouvons les conseiller d’amener leur chien au travail si cela est possible, de le mettre en pension ou faire appel a un dog-sitter, de le faire garder par des parents, des voisins, ou de le laisser dans la voiture si il le supporte.

On installera ainsi chez le chien, une sorte d'oubli de l'angoisse liée à la solitude, en attendant que les autres technique se mettent en place.

On devra également supprimer les signes annonçant le départ. Le chien a très vite remarqué que lorsqu'on enfile son manteau, ou qu'on prend son sac a main, cela signifie le départ. Il va falloir supprimer toutes ces habitudes visibles par le chien qui annonce un départ imminent ou prévus et banaliser ces signes potentiel. On va procéder de deux façon, adopter les attitudes typique du départ, mais en restant au domicile et supprimer les rituels liés au départ.

Établir une liste de choses que l'on fais avant de partir, mettre ses chaussures, prendre ses clefs et les mettre sur le comptoir, fermer tels ou tels portes.. et nous allons les effectuer tout au long de la journée, sans jamais prendre le départ. Mettre ses chaussures et finalement s’asseoir, tripoter les clefs à longueur de journée, fermer la porte même pendant notre présence...Etc, le chien va donc s'habituer a ces comportements et ne va plus les associer au départ.

Lorsque vous avez prévus de vous absentez, prévoyez à l'avance, de façon a ce que votre chien ne détecte pas votre départ. On laisse son manteau dans la voiture, on a mis ses chaussures bien avant, on l'ignore au moment du réel départ..

Supprimer le rituel du retour est également indispensable, l’accueil du chien au retour de son humain, dois être ignoré jusqu'à l'observation d'un apaisement de la part du chien. Evidemment on ignore complètement l'état de sa maison et les dégâts doivent être ramassé en dehors de la présence de l'animal.

Ce petit passage sur le rituel du retour mériterai bien plus de ligne, voir un article entièrement dédiés. Aussi je me contente de ces quelques phrases pour ce sujet précis de l’anxiété de séparation et nous reviendrons sur le rituel lors d'un prochain article (vos avis et observations, sont la bienvenue)

Nous pouvons augmenter le confort du chien en l'absence de l'humain de référence, lui proposer son jouet préféré, un linge imprégné, de la nourritures, jeux d'occupations...s'assurer évidemment que cela ne soit pas assimilés a un rituel de départ. Et s'assurer également que le chien à reçu suffisamment d'exercices au cours de la promenade et suffisamment éliminé (énergies comme déjections).

La manifestation de l’anxiété de séparation apparaît dans la demi heure qui précède le départ de l'humain de référence et une fois dépassé le délai d'une heure et demie, le chien a de bonne chance d'attendre sagement le retour de ses personnes d'attachement. L'occuper pendant les minutes qui suivent notre départ, qu'il ne se rende pas compte de nous partont, seront des facteurs positif pour l'apprentissage de la solitude.

 

Maintenant passons à l'étape de désensibilisation. C'est la thérapie comportementale pour l'habituer à la solitude. Le principe est d'apprendre au chien que rester seul n'est pas une expérience douloureuse ou négative, mais un moment ou on lui demande de rester calme en attendant ses personnes d'attachement.

Pour se réaliser, on va établir un programme de désensibilisation ou l'on habitue le chien a supporter les moments d'absence. En commençant par de très courte période. On les augmentera très progressivement, car à aucun stade le chien ne dois présenter des signes d’anxiété. Il n'y a pas de programme définit, cela dépendra du chien et de son propriétaire, c'est au rôle de l'éducateur de conseiller au mieux en tenant compte des réactions propres a chacun.

Dans un premier temps on demande au chien de s’asseoir tranquillement à l'endroit choisi et on le récompense. On maintient cette position 20 seconde et on récompense, on augmentera la durée progressivement jusqu'à arriver à 1 minute Puis on passe au stade suivant, son humain s’écarte d'un pas et récompense, puis s’écarte et maintient la position 20 seconde et récompense, jusqu'à arriver à 1 minute, puis 2 minutes. On répète l’étape précédente en s’éloignant ensuite de deux pas...etc On définira la durée d'absence de manière aléatoire par la suite. Lorsque le chien reste tranquille a ce stade, on pourra franchir brièvement la porte pour le récompenser immédiatement, puis augmenter ensuite le temps, puis porte fermé...ect...ect

On augmentera ainsi la distance et la durée progressivement, en gardant toujours à l'esprit qu'il est essentiel que le chien ne présente aucun signe d'inconfort avant de passer au stade suivant. Si le chien semble perturbé, c'est que nous sommes allé trop vite, il faudra revenir au stade précédent.

L'objectif est d’être capable de laisser le chien seul pendant une heure et demi.

 

Bien que l’anxiété de séparation semble simple par le diagnostic, vous remarquerez que son traitement l'est beaucoup moins par nos obligations de vie.

Toutes la difficultés réside dans le fait que le traitement est long et que pendant toute cette durée nécessaire, le propriétaire à tout de même besoin de s'absenter. Se faire aider est donc indispensable.

La thérapie sera plus efficace si pendant la durée le chien n'est jamais laissé seul, si l'on a pas d'autre choix, on pourra l'aider à faire la différence entre ce qui est exercice et la réalité en matérialisant cette distinction au moment des séances. On accrochera par exemple un torchon a la poignée de la porte.

En cas de présence de ce trouble dans votre foyer, consulter un spécialiste, vétérinaire ET comportementaliste vont pouvoir ensemble vous offrir les meilleures chance pour rétablir bien être au foyer.

 

sources: "le comportement du chien et ses troubles" dr A. WEISS

                  

Please reload

Featured Posts

La malpropreté chez le chat

December 27, 2016

1/6
Please reload

Recent Posts

October 18, 2017

Please reload

Archive